AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Karash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mk971
New'z


Messages : 9
Date d'inscription : 20/06/2014

MessageSujet: Karash   Sam 21 Juin - 11:16

Donc je commence. Mon histoire a pour titre Karash, c'est la fusion du terme egyptien Kâ qui signifit énergie spirituelle du terme africain Ashe qui signifie pouvoir.

Synopsis :
Mon histoire se déroule en Guadeloupe. Jahren assiste a la veillé mortuaire de son père. Et quitte celle-ci plutot car il ne supporte plus l'ambiance qui s'y dégage. De retour chez lui. Il fait la connaissant d'une jeune fille, ayant fait effraction dans son domicile. Elle affirme etre sa demi-soeur et repond au nom d'Eris Bleimor. Après avoir passé la nuit a reparer la porte qu'elle avait enfoncet. Jahren decide finalement d'aller a l'enterrement de son père. De retour de l'inumation, Eris decide d'aller faire des courses. Elle se fait aborder par un etrange individue qui n'a qu'une seule réplique a la bouche " Je peux le sentir... l'odeur du pouvoir". Inquiet Jahren enfourche son Raver(BMx) et par a sa recherche. Il fini par la retrouver. Mais l'individu se change en bete et attaque Jarhen, qu'il avait précedement frapper avec la roue arriere de son vèlo. Il tenta de s'enfuir pour proteger sa soeur. Mais la bete le retrappa en quelque second. Résigner a mourrir, il ferma les yeux et se rendit compte, qu'au final la mort de son père l'avait bien affecter. C'est alors qu'il entendit une voix qui lui permit de se raccrocher a la vie. Voir Eris prendre sa défense et se mettre en danger. Le fit prendre conscience qu'il n'était pas seul. C'est alors qu'il empoigna le guidon de son Raver et que ce
dernier se changea en une épée. Le plateau ayant doubler de volume relia le tube horizontal du cadre qui s'était éfiler et le guidon devient aloir le paumeau de son arme. Il planta sa lame dans la gorge de la bete et celle-ci fut consumé par des flammes bleuté.
Qui en à après lui et pourquoi? Jarhen Hayuan Jaever devra en apprendre plus sur ses pouvoirs, afin de pouvoir mieux se défendre.


Quoiqu'il en soit voici quelque explication pour mieux appréhender l'univers.

L'atman est le réservoir interne de karash. Si un individu subit un traumatisme ou est sujet à une névrose. Il se créé alors une faille dans son Atman et il devient ce qu'on appel un Brisé. La manifestation de ses pouvoirs est une réponse a se traumatise. C'est en quelque sorte un mécanisme de défense pour se protéger de la névrose. Ex: Jahren a perdu son père, bricoler l'aide a oublier et décompresser, donc il développe le pouvoir de forger le métal.


Et voilà un peu comment s'articule les différentes classes dans Karash :

Jahren apprendra par la suite qu'il est un Forgeur. Qui forge le métal, C'est LJ Saincry qui lui révèlera ceci. Etant elle aussi une forgeuse(des couleur). Il se rendra compte qu'il n'y a pas que lui qui a des pouvoirs et qu'il existe 7 classe chacune lié à un des 6 sens.

Les Streamer sont les maitre des flux de karash. Ils utilisent leur yeux pour repérer les flux interne et externe, il peuvent s'en servir pour se deplacer. Ex: Hasan Heoga traceur adepte du parkour utilise son Couloir Aerien pour se deplacer plus vite et créé des bourrasque.

Les prãnistes utilise leur ouïe pour reperer les vibration et les utilise contre leur ennemi. Notre Atman est défini par une Note prédominante qui émet une vibration. Une fois qu'il l'a repérer, le prãniste peu influer sur le rythme de l'individu. Ex: Isaura Arantes utilise son tambour pour definir.la note de son adversaire, et une fois fais peu l'endormir.

Les collecteurs utilise leur sens du goût pour stocker des information. Ex: Ahkil utilise le sang de son adversaire pour

connaitre son passée et ses technique de combat.

Les Zudji son des individu qui ont des particulariter animal. Ex: Secreter des infection ou des substance explosive.

Les Cluster peuvent altérer l'espace et le temps. En d'autre terme, ils peuvent contrôler en parti la réalité. Et pour finir les Einheriar, des guerrier vertueux attacher a vie a une cause. Il utilise un artefact pour utiliser leur pouvoir. Ex: Lorenzo Alighieri utilise un chapelet d'argent avec 9 breloques qui représente chacune un pallier à franchir pour débloquer ses pouvoirs.

Désolé je ne suis pas sur Pc, mais sur mon portable. Donc c'est un peu difficile, de taper tout ce que j'ai imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sukimaru
Animateur


Messages : 923
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 22
Localisation : Perdu dans mes pensées.

MessageSujet: Re: Karash   Sam 21 Juin - 14:16

J'aime bien le synopsis, y'a de l'idée ! Partir sur un élément triste pour développer toute une intrigue, j'trouve ça intéressant.
Maintenant, quand j'ai lu ton histoire, je trouvais ça parfait à narrer, sous forme d'un roman, mais je ne me la suis pas projetée immédiatement dans une BD. Mais pourquoi pas, je suis curieux de voir comment tu vas organiser ça !
Et puis, je trouve l'idée des classes un peu superflue. On la retrouve un peu partout, quoi. Et est-ce qu'il sera vraiment nécessaire de classifier ces pouvoirs dans ton histoire ? À toi de voir...!
Enfin, à plus long terme, il faudra que tu apprennes à mieux présenter ton projet. C'est un peu comme si tu allais débaucher des gens dans la rue : il faut que ça attire l’œil et que ça suscite la curiosité des passants. Présente bien ce que tu cherches à produire (une BD ? un roman ?), la "longueur" envisagée (50 pages ? 100 pages ? organisation en chapitres, voire en tomes ?), si des croquis sont à venir pour bientôt ou dans longtemps, si tu comptes tout scénariser avant de passer au dessin, etc. - bref, un certain nombre de choses annexes qui permettent aux gens de mieux se représenter ton projet et d'être potentiellement intéressés. Je sais que tu n'étais pas sur ton PC quand tu as rédigé ça, mais je ne saurais trop te conseiller de revoir la présentation de ton projet quand tu y seras.

Voilà ! Bonne continuation ! Smile

_________________

« Les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde. » L. Wittgenstein




~~ Traducteur US/FR dans le vaste monde de la scantrad ~~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazou
Coupaing !


Messages : 180
Date d'inscription : 23/08/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Karash   Mer 25 Juin - 18:10

Pas mal, l'univers est intéressent.
J'aime ce pouvoir que tu décris, et les différentes formes qu'il peut prendre. Tu as réfléchis à tout cela et c'est plutôt cool.

Pour reprendre ce que disait Suki, le système de classification ne me dérange pas personnellement, mais c'est vrai que c'est du déjà vu, cela se fait beaucoup. Mais bon, moi je dis pourquoi pas !

Par contre moi je n'ai pas du tout accroché à ton synopsis, je trouve qu'il s'articule mal. C'est vraiment lorsque que tu as commencé à parler de l'univers que j'ai commencé à me dire qu'il y avait quelque chose de cool dans ce projet =)

Si tu veux plus de précisions je pourrai tenter d'expliquer ce qui m'a chagriné dans le synopsis. Mais pas tout de suite, je suis au boulot là x)

En tout cas, je te souhaite bonne continuation ! Au final je trouve qu'il y a du potentiel. 

Mais Suki a soulevé un point... C'est vrai que je ne sais pas quelle forme tu veux donner à Karash '_' Roman ? Nouvelle ? BD ? One-shot ? Roman illustré ?

_________________

Le site de Kazou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ixedai.jimdo.com/
Mk971
New'z


Messages : 9
Date d'inscription : 20/06/2014

MessageSujet: Re: Karash   Sam 28 Juin - 20:52

Merci pour vos encouragement cela me fait énormément plaisir . Et cela me donne plus confiance en mon projet . 
Je compte sortir Karash sous forme de BD décomposé en 9arcs. Ensuite l'un des theme de Karash est la psychologie, et là les classe ont leurs importances, car elles décrivent un aspect de la personnalité d'un individue, ainsi que son pouvoir qui en decoule. Prenons l'exemple de Jahren un forgeur. Les forgeur sont des gens qui veulent donner une autre forme aux choses. Dans le cas de Jahren empêcher que sa soeur meurt, comme leurs père . Ensuite, j'attends ton explication avec impatience. Là je poursuis l'écriture de Karash
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazou
Coupaing !


Messages : 180
Date d'inscription : 23/08/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: Karash   Lun 30 Juin - 21:50

Alors, je vais tenter d'aller à l'essentiel ^^

Citation :
 Eris decide d'aller faire des courses. Elle se fait aborder par un etrange individu [...]. Inquiet Jahren enfourche son Raver(BMx) et part à sa recherche. 
Ils vivent ensemble subitement ? Alors qu'ils viennent de se rencontrer et que la nuit d'avant elle est entré par effraction chez lui ?
Déjà, que Jarhen accepte et se lie à sa soeur fraichement débarqué de nul part aussi vite me parrait trop rapide.
"- Salut, tu n'as jamais entendu parler de moi mais je suis ta soeur et j'ai cassé ta porte pour entrer chez toi."
"- Ok. Tu veux boire un thé ?" Ahah ! ^^

Citation :
Résigné a mourrir, il ferma les yeux et se rendit compte, qu'au final la mort de son père l'avait bien affecté.
Évidemment qu'il est affecté puisqu'auparavant tu décris à quel point les funérailles de son père lui sont difficiles à supporter. Et puis en mettant ça de côté, affecté dans quel sens tu voulais dire ? Dans le sens où la mort de son père lui fait prendre conscience de la valeur de la vie de manière positive, ou au contraire si sa disparition fait qu'il ne trouve plus la force de s'accrocher à la vie ? Je ne trouve pas cela clair et je ne comprend pas ce qu'il se passe dans la tête du héros, ni ce qu'il ressens.

Ensuite tu vas très très vite et passe directement à 
Citation :
Qui en a après lui et pourquoi ? Jarhen Hayuan Jaever devra en apprendre plus sur ses pouvoirs, afin de pouvoir mieux se défendre.
Je peux comprendre que tu aies voulu faire court pour un synopsis mais c'est dommage de sauter aussi vite du coq à l'âne. On a vu l'agression de sa soeur mais à aucun moment tu montres que l'agression avait pour but d'affecter Jarhen plus que sa soeur.

(au passage j'ai corrigé quelques petites fautes =) )

Bon voilà en gros ^^ avec mes remarques je ne voulais pas dire que ton histoire était mauvaise ! Simplement que ton synopsis ne s'articulait pas très bien et ne me permettait pas de visualiser, de me plonger et de cerner un peu tes personnages. Il faut que tu prennes soin de bien expliciter les choses et te mettant à la place de ton lecteur qui lui n'a aucune idée de ce que toi tu imagines =)

Bon après tu as dit aussi que tu étais sur ton portable et que c'était pas évident de tout écrire alors je te pardonne =D ahah

En espérant pouvoir en lire davantage sur ton histoire prochainement =)

_________________

Le site de Kazou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ixedai.jimdo.com/
Mk971
New'z


Messages : 9
Date d'inscription : 20/06/2014

MessageSujet: Re: Karash   Mar 1 Juil - 12:36

Merci pour tout Kazou ^^. Mais toutes tes réponses viendront avec le chapitre 1, que je posterais bientôt.

Après plusieurs jours d'attente, je suis fier de vous postez le chapitre 1 de Karash. J'espère qu'il vous plaira.

Arc des BrisésChapitre 1 : Fragment: 

Rien ne se perd, rien ne se crée...Tout ce transforme

Chapitre 1 : Fragment

Ce soir là, le ciel était recouvert par d'épais cumulus à l'aspect menaçant. Au loin, un oiseau de métal essayait de se frayer un chemin tant bien que mal. Poursuivit par cette immense masse obscure, qui s'étendait déjà au dessus de l’île ; dont la clarté émise par ses bâtiments et ses rues faisait pensée au kyrielle de chandelle que l'on voit dans une église ; il réussi tant bien que mal à se poser.
En un rien de temps, une foule d’individus diverse envahirent l’aéroport. 
On pouvait entendre l'annonce suivante : « A tout les passager du vol Air Caraïbe, notre compagnie vous souhaites un agréable séjour sur l'île de la Guadeloupe. »
Au même moment à l'extérieur de l’aéroport, une jeune fille posa sa valise et tout en souriant, prit une grande inspiration sous la pluie battante.
« Me voici enfin arriver chez moi ! Expira-t-elle pleine de vie.

Pendant ce temps, quelque part sur l'île. L'ambiance n'était pas à la joie ou au soulagement. La clameur des tambours créole que l'on nommaient Ka, faisaient écho à la pluie cinglante qui tombait à l'extérieur. Là, planté devant le cercueil du défunt. Un jeune garçon au teint cuivré, mal coiffé, aux cheveux lisse et court collés par la sueur. Portant un smoking qu'il n'avait pas prit la peine de bien repasser, une cravate se balançant de part et d'autre de son cou. Était planté devant le trépassé, dont le visage affiche un air paisible. Seul une vitre les séparait.

Derrière lui, un brouhaha se développait de plus en plus à mesure que ceux qui étaient venue rendre hommage au défunt arrivaient. Le jeune garçon, dont ce vacarme insupportait, pouvait distinctement entendre chacune des conversations. Ceux qui se disaient ces amis n'étaient autres que des profiteurs venue dans le but se rassasié du buffet et ce préoccupait guère du mort. Ils en venaient même à rire de lui.

« Tu sais de quoi il est mort ? Demanda une femme. »
« Un accident de voiture, il devait être saoul. Ricana l'homme qui lui répondit .»

Ces murmures semblaient l'agacer.

Dans un espace sombre un objet sphérique entrelacé par des chaînes se mit à trembler et des fissures se mirent à apparaître sur les chaînes.
Suite à cela quelqu'un s'exprima « Je peux le sentir »mais pas assez fort pour qu'on puisse l'entendre. Puis il se tue immédiatement.

Serrant les dents, baissant la tête. Le jeune garçon ne pu se retenir et s'écria : « Je n'y arrive pas !! » Stupéfait les convives tournèrent leur regard vers le jeune garçon. Et purent admirez un spectacle consternant.
-J'arrive pas à terminer ce putain de niveau ! S'écria-t-il une console à la main.  
C'est alors qu'un homme d'âge mûre, rappela le jeune garçon à l'ordre en lui infligeant un coup de poing derrière la tête : « Mais qu'est-ce que tu fous Jahren !!! Tu crois que
c'est une attitude à adopter pour un enterrement, et celui de ton père qui plus est ?! »
-ça va pas tonton pourquoi est-ce que tu me frappe ? Demanda naïvement Jahren. J'essayais juste de finir mon jeu. Puisque cette veillé est nulle, elle est rempli d'hypocrite et de profiteur qui viennent juste pour la bouffe !! Cria-t-il pour que l'auditoire puisse en profiter.
Choquée par les propos du garçon, la foule commença à protester.
« Mais tu te rends compte de ce que tu dis mon garçon ? lui demanda son oncle en l'attrapant par le col et en le traînant derrière lui. »
-Oh doucement le vieux ! Rétorqua Jahren tentant toujours de terminer son jeu. Mais ou es-ce que tu m’emmènes ?
En quelque second les voilà à l'extérieur.
-Puisque tu ne sembles pas avoir la moindre once de respect, pour l'homme qu'était ton père, je te ramène chez toi. Lui sortie son oncle.

Le trajet en voiture fut plus que houleux.
« Je vois que tu es fatigué, alors tu vas rentré et te couché. Demain je repasserais te chercher pour l'enterrement. »
« Te donne pas cette peine, parce que j'irais pas. »
« Quoi ?! C'est quoi encore ces conneries Jahren ? »
« Il n'y a pas moyen que je foutes les pieds à l'enterrement de cet enfoiré, et rien sur cette terre pourra me faire changer d'avis. »
« J'espère que tu plaisantes, parce que si ce n'est pas le cas, je jure devant Dieu que je te traînerais par la peau des fesses pour t'y emmener. »
« Essaie pour voir tonton. »
« Ah ! Parce que tu crois que j'en suis pas capable ? »
« Non, mais jte dis d'essayer, moi je sais que demain je serais chez moi et j'irai nulle part. »
« Tu es désespérant Jahren. Tu le sais ça ? »
« Oui et j'en suis fier. »

De retour a son domicile, Jahren balança ses chaussures boueuse dans l'entrée, sa console entre ses mains. Il s'avança dans le long corridor, sur sa gauche se trouvait la cuisine, et sur sa droite la salle à mangé. Il grimpa les escaliers lentement, un pied après l'autre. Et s'arrêta quelque instant devant la chambre de son père, le regard vide, puis continua son chemin en traînant des pieds. Il se défit de ses vêtements qu'il trouvait étouffant et les éparpilla sur le sol comme s'il n'en accordait aucune importance. Ensuite il s'allongea sur son lit qu'il n'avait pas prit la peine de faire.
Sur l'horloge digital posé sur la table de nuit, trois heure du matin avait sonné. Il ne dormait toujours pas. Son esprit ne lui accorde pas le repos, mais son corps lui n'en pouvait plus. Il somnole.
Plus tard dans la nuit, il fut réveillé par des bruits étranges qui provenait du rez de chaussé. Quelqu'un était entrer dans la maison. Un cambrioleur ? Probablement. Il se leva en sursaut, attrapa l'une des armes accroché dans sa chambre et se dirigea prudemment en direction de la source de ce bruit. Il traverse le couloir in éclairé.  Une lueur émane de la cuisine.
Jahren prend une profonde inspiration et pénètre dans la pièce en brandissant son katana.

Là une jeune fille un peu plus âgée que lui se faisait un festin au frais de la maison.

« Yo! »s'exclama-t-elle en ajoutant le geste à la parole.
« T'es qui toi ?! Et qu'est-ce que tu fous dans ma maison ?! Et pourquoi tu bouffes ma nourriture ? » Demanda-t-il en pointant son sabre vers elle.

Le jeune fille se leva.

« Eh calme toi petit ! Tu pourrais blesser quelqu'un avec ça »  dit-elle en appuyant sur le sabre pour le diriger vers le sol. «  Et pour répondre à ta question, je suis ta grande sœur Eris. Eriseniel Bleimor( loup de mer). Je viens d'arriver en Guadeloupe. J'ai fais un long voyage depuis la Bretagne et j'ai très faim, on ne peut pas dire que ce qu'il serve dans l'avion soit très goûteux. Alors j'ai décider de me servir. J'espère que tu ne m'en veux pas trop petit frère ? » Demanda-t-elle en lui caressant la tête et tout en prenant une bouche de pain de mie.

Elle était coiffé d'une magnifique chevelure châtain claire avec des tresses plaquées à l'avant et des cheveux onduler en arrière. Sa peau était le reflet d'un métissage réussi car elle mettait très bien en valeur ses yeux marrons. Et ses habits sentait la métropole de par leur aspect et leur couleur.

« Jolie le caleçon soit dit en passant. Souffla-t-elle d'un air moqueur. »

« Rend-moi ça ! » Répond a-t-il en lui ôtant littéralement le pain de la bouche. »  Qu'est-ce que tu veux dire par grande sœur ?! »
« A vrai dire je ne suis pas ta sœur, à proprement parler, mais ta demi-soeur pour être précise. On peut dire que notre Papounet aimait vraiment les femmes » Ricana-t-elle.
L'une des deux chaînes qui entourait l'objet sphérique se disloqua et partie en morceau. L'objet se mit à miroité juste après.

Traversant une rue plongé dans les ténèbres, l'individu de la veillé renifla : « Je peux le sentir ! »

« Jte jure il est vraiment grave celui-là. Pas capable de garde sa bite dans son pantalon. Expira Jahren les épaules basse. Mais comment tu as fait pour rentrer sans les clés ? »
«  Facile ! Reprit-elle avec le sourire. J'ai défoncé la porte de derrière. »
« Non j'y crois pas ! S'écria-t-il en constatant l'ampleur des dégâts. Tu l'as attaquer avec un bélier du GPI? »
Il n'y ne restait plus qu'un trou béant à la place de la poignet. Et vue l'état de ce trou, seul une arme du GPI pouvait la provoquer.
« En faite, raconta-t-elle. J'avais essayer par la porte de devant, mais comme personne n'est venue m'ouvrir, j'ai tenter ma chance par la porte derrière. Voyant de la lumière, j'ai frapper de toute mes forces croyant que tu t'étais endormie. »
« Mais la lumière que tu as vue, c'était celle du détecteur de mouvement à l'extérieur ! Que tu as activer en entrant par l'arrière idiote ! tu aurais pu m'attendre ou venir à la veiller ! »
« Euh désolé...je ne savais pas se trouvait  la veillé...donc j'ai cru que. »

Le garçon poussa un long soupir et se dirigea une cabane dans le jardin de la cour-arrière. Il en sortie tout un attirail d'outil. Puis il retira la porte des ses gonds. Commençant à la raboter.

« Euh qu'est-ce que tu fais? Demanda timidement sa sœur »
« ça se voit pourtant, je répares tes bêtises. Je ne vais quand même pas dormir dans une maison avec une porte pété, Point-à-Pitre est un quartier dangereux ! »
La jeune fille tourna autour de lui, regardant au-dessus de ses épaules pour voir ce qu'il faisait.
« Waouh, tu es plutôt doué, qui t'a appris à réparer une porte ? »
Il s'arrêta un moment. Puis sortie avec peine pour ne pas dire père.
« C'est le vieux ! »
« Ce devait être un père génial, s'il a prit le temps de t'enseigner cela. »
« Te fout pas de moi ! Poussa-t-il avec une rage venu du fond de ses entrailles. Au lieu de dire des conneries, va mettre tes bagages dans la chambre d'amie. »
Son aîné s'exécuta sans dire un mot, non elle laissa s'échapper une remarque pleine de sens mais qui énerva plus Jahren : « Ou se trouve le chambre d'amis ? »
« Première étage deuxième porte à gauche !! répondit froidement Jahren en poursuivant son travail. »
S'exécutant en silence, elle se tourna une dernière fois vers le jeune garçon incommodé et lui dit ceci : « Je ne sais pas quel genre d'homme était notre père, mais grâce à lui j'ai pu te rencontrer. Et je suis très heureuse d'avoir pu rentré en contact avec ma famille. Je peux enfin me débarrasser de se sentiment de solitude qui m'habite, en me disant que j'ai enfin une personne sur qui compter. »
Sur ces mots, elle tourna les talons et disparu à l'intérieur. Laissant Jahren perplexe.
resta planter là tout la nuit à le regarder réparer la porte.

Au petit matin, elle fut réveillé par le bruit de la porte, que Jahren avait fait claquer. Elle avait dormit toute la nuit sur la pelouse, prêt de son frère.
« Hein quoi ? Qu'est-ce qu'il se passe. »
« Va te préparer on part bientôt. »
« Mais ou cela ? Bailla-t-elle en se frottant l’œil. »
« A l'enterrement du vieux. Lança-t-il avec un brin de fierté. C'est bien pour cela que tu es venue non ? »
La jeune fille dressa sur ses deux jambes à l'entente de ses mots.
« Tu as passé toute la nuit à réparer cette porte ? »
Elle admira le professionnalisme avec lequel il avait réparer cette porte. Il a raboter la porte, puis couper un morceau de bois puis percé pour y faire passer une nouvelle poignet. Il assembla le tout et revernir la porte. Tout cela en quelques heures.

Plus tard dans la journée. Les tambours résonnaient et les chanteurs déclamaient leurs vers au rythme de la marche de ceux qui transportaient le mort dans ça dernière demeure. Eris en sanglot ne quittait pas le cercueil des yeux.
« Mais pourquoi pleures-tu, tu ne le connaissais même pas ? Lança Jahren perturbé.
« Je pleurs parce que je n'aurais plus jamais l’occasion, de connaître l'homme qu'il était. De vivre des moment ou je pourrais rire et de pleurer avec lui  Lui répond a-t-elle. »
Plus il passait du temps avec cette étrangère et plus un sentiment étrange emplissait son cœur.
Au loin un étrange individu assistait à la cérémonie et s'exclama pour la troisième fois : « Je peux le sentir. »

Après la cérémonie. Ils rentrèrent à la demeure familial. Jahren alla s’asseoir devant la télévisons qui se trouvait dans le salon en face de la salle à manger. Eris le regarda d'un air pensive. Puis quitta la pièce.

« C'est terrible ! S'écria-t-elle quelque instant plutard. »
le garçon sursauta.
« Qu'est-ce qui se passe ? »
« Il n'y a plus rien à manger. Pleura-t-elle en tenant une boite de céréale vide. »
«  C'est normal ça !! Puisque t'a tout bouffer hier, espèce de sale morfale !! » Réprimanda-t-il.
« Qu'est-ce que je vais manger ? Demanda-t-elle en s'écroulant sur la table basse ? »
« J'en sais rien moi. »
« Mais j'ai faim moi !! »

« Si tu veux, tu n'as qu'à aller faire les courses. Je te cuisinerais quelque chose. »
« Mais je n'ai pas d'argent. Annonça-t-elle les yeux rond et humide. »
« Yen a dans le pot là. Fit-il en pointant l'objet. Prend ce qu'il te faut .»

Elle bondit de joie et sautilla en vers la sortie après avoir prit l'argent.

« Et traine pas en route, il y a eu pas mal d'agression ces temps-ci. Et rapporte-moi ma moinnaie. ajouta-t-il »
« Oui Papa ! Se moqua-t-elle en claquant la porte. »

Sur le chemin du retour.Les bras charger de bonne chose à manger, Eris affichait un sourire niais et commençait à chantonner un air sur les bon petit plat qu'elle allait manger, tout en dégustant un Ploof(Floop). Alors qu'elle était plonger dans ses rêves de nourriture, elle bouscula quelqu'un sur sa route.

« Euh désolé. Dit-elle poliment. Je ne regardais pas ou j'allais »

La personne qu'elle avait percuter, se tourna. Un homme bien plus grand qu'elle portant un sweat-shirt rouge ou était inscrit « Ministère of Pain »  dont la capuche masquait la partie supérieur de son visage, un blouson en cuir marron se planta devant elle. Puis il se mit à renifler, ce qui laissa perplexe Eris.

« Je peux le sentir. Dit-il. »
« Quoi ? »
« Je peux le sentir. Répéta-t-il en tournant la tête à gauche puis à droite. »
« C'est sûrement l'odeur de mon repas à emporter que vous sentez. Fit-elle en montrant le sac de course. »
L'homme avança la tête vers la jeune fille et commença à la renifler.
« Euh mais qu'est-ce que vous faites ? C'est une manière de dire comment vous trouvez que je sens bon ? »
Il releva la tête après avoir inspecter la jeune fille et déclara d'une voix grave :
« Dis-moi ou est-il ? »
A cet instant ceux yeux se mirent à briller d'un éclat verdâtre.

Les heures se mirent à se succéder et Eris n'était toujours pas de retour. Cela commença à inquiéter Jahren qui décida d'aller à sa rencontre. Il plaqua soigneusement ses cheveux d'ébène en arrière, et plaça un serre-tête gris pour les retenir. Ceux-ci ondulaient à l'arrière de sa tête, alors qu'à l'avant ils étaient aussi lisse qu'un file d’araignée tendu. Il enfila en vitesse un tee-shirt noir, un gilet rouge à capuche, dont les bordures affichaient des traits noir saillant. Ce dernier était pourvu d'une fermeture éclaire assez imposante, qui serpentait jusqu’à un col relevé, donnant l'impression que de longue dents en fer gris protégeait la nuque du porteur. Deux chaînes argenté ; relié à une capuche reposant tranquillement à l'arrière ; glissaient de part et d'autre du col. Et un short et ses baskets complétaient son habillement.

Fila dans le garage qui se trouvait à droite de la maison. Et en sortir chevauchant un BMX ou l'on pouvait lire RAVER sur tube diagonal du cadre.

« Mais ou es-ce qu'elle a bien pu passer ? » se demanda-t-il en scrutant les environs.


Après plusieurs minutes de recherche, il l'a trouva finalement se débattant de l'emprise de l'homme mystérieux.
« Hé fous lui la paix ! Lança-t-il »

A la vue du garçon l'homme sourit et son regard perçaient toujours les voiles sombre que créait sa capuche.
« Je peux sentir que c'est toi qui l'a. Déclara-t-il. Approche je veux le sentir. »

Jahren posa son pied sur sa pédale et sprinta dans sa direction. Il prit appui sur les tubes fixés aux moyeux de sa roue avant et envoya la partie arrière de son vélo qui déclina un arc pour finir dans la gueule de son adversaire qui valdingua sur le sol.

« Et ça est-ce que tu peux le sentir ! Lança-t-il en mêlant l'action à la parole. »
L'homme se releva en affichant un large sourire.
« Pas de doute, c'est bien toi qui l'a...LE POUVOIR.Se réjouie-t-il. »

Il ôta sa capuche et son corps fit des mouvement saccadés, alors qu'il tentait de faire tourner ses membres sur eux-même. Ses poignet, ses bras, son tronc, ta tête, ses jambes, tous se tordirent. Il exerça une pression telle, que ses ligaments se déchirèrent, ses articulations se mirent à se rompre et ses os à se broyer. Un spectacle horrible, on pensait voir un pantin désarticuler. Le sang jaillissant, les os à vif tous ceci se transforma en un épais pelage et sa tête se changea en gueule.
Quand la métamorphe fut fini, il n'y avait plus d'homme. Rien qu'une bête velu au yeux d'un émeraude souillé par le sang. Ses longues oreille pointue tendaient vers l'avant comme des cornes. Une touffe de poil énorme recouvrait la base supérieur de son dos, comme une cape de velours. Ses naseaux se dilatèrent et un vapeur immonde en sortie.

Jahren le regardait horrifié. Il vit Eris sur le sol ayant le même regard. Il comprit ce qu'il avait à faire.
« C'est moi que tu veux?Alors viens me chercher.lança-t-elle en poussant un grand coup de pédale. »
La bête se mue si vite qu'elle eu le temps de rat rapper Ian qui avait déjà prit une bonne avance et de passer devant lui, le projetant au sol.

« Maintenant donne le moi ! Je veux le sentir. Dit de sa gueule bavante. »
« C'est sûrement mieux ainsi. Comme ça j'irai le rejoindre. Se dit-il en fermant le yeux face à la bête qui se tenant sur lui. »
Mais une voix retenti.
« Laisse mon frère tranquille ! »

C'était Eris qui dont la voix l'avait tirer des ténèbres. Elle lui jeta un sac de course à la face de la bête. Celle-ci arriva instantanément face à la jeune fille, son énorme patte pourvu de griffe écarlate brillait sur le visage d'Eris.
Jahren paniquer se releva. Et la dernière chaîne se rompit laissant l'objet sphérique rayonner.

La bête se prit de multiple petit disque hérissés dans le dos, hurla de douleur et se retourna. C'était Ian qui avait fragmenter et modeler les disques du pignon de son vélo. Il posa la main sur le guidon de son vélo et celui-ci ce liquéfia et se restructura pour donner une nouvelle forme.

« Laisse ma sœur tranquille. Dit-il lentement et d'un ton solennelle »

Le guidon devient un manche, et le tube diagonal du cadre se transforma en lame et entre eux deux le plateau qui avait doubler de volume les reliait.
La bête fondit alors vers Jahren qui se mit en position.
« Viens tâter de mon Raver. »
La bête donna un coup de patte circulaire. Jahren s’accroupit, glissa sur le coté et planta son épée dans le cou de la bête.
« Qui t'envoie et qu'est-ce que tu me veux ?! Interrogea Jahren. »
La bête cracha une flaque de sang, puis répondit péniblement : « Je ne peux rien te dire ou sinon ils vont me tuer. »
Il agrippa l'anneau de son épée et tira d'un coup sec et la bête hurlante, pissant le sang tituba.
« Et que crois-tu que je vais te faire, alors parle et vite ! Rétorqua-t-il. »
« Bien, dit la créature résignée, ils m'ont envoyer te tuer car tu es l'un des fragments du pourvoir... »
« Un fragment de quoi...explique toi ?! »
Mais avant de pouvoir dire quoique se soit la nuque de la bête prit feu. Puis ton son corps s'embrassa de flamme bleuté jusqu'à ce qu'il n'en resta plus rien de lui. À quelque mettre de lui. Posé sur un câble téléphonique, un corbeau poussa quelques croassement. L'oiseau avait quelque chose de différent, cela se voyait à son regard. Son œil gauche avait la même texture que le bois. Ce parasite attaquait tout le système nerveux oculaire du volatile, cela se voyait aux veines gonflées qu'il avait autour des yeux. Quelqu'un semblait avoir observer tout le combat, aux travers de cet œil.

À l'intérieur d'un bâtiment abandonner. Plongée dans l'ombre, un groupe d’individu après avoir suivit la retransmission du combat sur un écran, dont le carde était fait de racine et ou une membrane blanche servait d'écran. une voix s'exclama :

« Le forgeron est de retour. »
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mk971
New'z


Messages : 9
Date d'inscription : 20/06/2014

MessageSujet: Re: Karash   Mar 10 Fév - 22:53

Salut comment ça va? J'ai oublier de parler de quelque chose d'important pour que vous compreniez mon univers et les pouvoirs que les personnages possèdent. Voilà un petit topo:
Quoiqu'il en soit voici quelque explication pour mieux appréhender l'univers.
L'Atman est le cœur spirituel d'un individu, c'est lui qui délivre le Karash au corps, cela peut entraîner la naissance de pouvoir ou un sentiment de bien être. Si un individu subit un traumatisme ou est sujet à une névrose. Il se créé alors une faille dans son Atman et il devient ce qu'on appel un Brisé. La manifestation de ses pouvoirs est une réponse a se traumatise. C'est en quelque sorte un mécanisme de défense pour se protéger de la névrose. Ex: Jahren a perdu son père, bricoler l'aide a oublier et décompresser, donc il développe le pouvoir de forger le métal.
Et voilà un peu comment s'articule les différentes classes dans Karash :
Les Forgeurs ou artisans du feu sont des artistes capable de modéliser la matière qu'ils ont choisis à leur guise. Ce sont des personnes qui n'accepte pas la fatalité et le destin, car ils forgent leur propre destin de leur main, ils sont têtu et on tempérament defeu. Ils font passer leur art avant tout autre chose et veulent être reconnu pour cela.
Ils ont a capacité de changer quelque chose de dangereux ou laid en quelque chose d'utile et beau. Ex : Curtis Valence forgeur de verre, transforme les éclats de verre en un hallebarde nommé Falkion.

Les Daoshi ou ceux qui suivent leur propre voie sont les maître des flux de Karash. Ils utilisent leur yeux pour repérer les flux interne et externe, il peuvent s'en servir pour se déplacer. Ex: Hasan Nahumi traceur adepte du parkour utilise son Couloir aérien pour se déplacer plus vite et créé des bourrasque. Ils sont de très mauvais leader car ils obligent les autres à suivre leur rythme et ne ralentisse, n'y ne s'arrête pour personne.
Les Prãnistes utilise leur ouïe pour repérer les vibration et les utilise contre leur ennemi. Notre Atman est défini par une Note prédominante qui émet une vibration. Une fois qu'il l'a repérer, le prãniste peu influer sur le rythme de l'individu. Ex: Isaura Arantes
utilise son tambour pour définir. la note de son adversaire, et une fois fais peu le plonger dans un coma ou l'obliger à agir selon sa volonté. Les pranistes sont des personnes hypersensible qui ressente les émotions de leur entourage et peuvent les manipuler. Leur pouvoir se manifeste sous forme d'aura.
Les Anansi ou collecteurs utilise leur sens du goût pour stocker des informations. Ex: Jack'o Lantern en sacrifiant une partie de sa mémoire peut utilisé ses pouvoirs lié au cinéma, il peut donc rembobiner un moment de sa vie ou renvoyer une blessure dans un futur proche, bine sur plus le souvenir est précieux, plus le pouvoir sera important. Les Anansi on un caractère froid, distant, morbide et ne se préoccupent que de leur propre vie, ils veulent collecter un maximum de chose pour combler un vide qui se ne remplira jamais.
Les Zudji son des individu qui ont des physiques ambivalente à leur caractère, cela leur permet d'affronter la vie. Si une personne à un caractère plutôt naïf ayant tendance à se laisser marcher sur les pieds, alors son alter-ego animal sera une créature assez charismatique. Les Zuji ont un caractère qui va en opposition avec la forme qu'il prennent. Ex : Tosh est un humain avec un physique effrayant, son alter ego Zudji est un mignon raton laveur roux.
Les Nyamé peuvent altérer l'espace et le temps. En d'autre terme, ils peuvent contrôler en parti la réalité. Ce sont des êtres qui vivent dans une bulle et qui s'y réfugie pour échapper à la réalité, dans cette réalité ils sont l'équivalent de Dieu, ils contrôlent tout et sont quasi invulnérable. Car en faite ce monde est une dôme relié à la réalité ce qui à pour effet de fragilisé leur monde. Ex : Lydie Vernalis a un monde qui a pour non Coffre à Jouet ou elle invente tous les jeux et jouet qu'elle aime, mais ce monde peut disparaître si une être ou une chose extérieur à ce monde venait y apporter les règles de la réalité. Les Nyamé peuvent également amener des choses de leur monde dans notre réalité et vice versa.
Les Ehonir ou des guerrier vertueux attacher a vie a une cause. Il utilise un artefact pour utiliser leur pouvoir Ex: Lorenzo Galliéni utilise un chapelet d'argent avec 9 breloques qui représente chacune un pallier à franchir pour débloquer ses pouvoirs, appelé Mandylion le linceul des damner. Il a jurer d'utiliser les pouvoirs de son artefacts pour protéger le monde de la menace des Reliques antique.
Après avoir déterminer ce pourquoi ils voulaient se battre, ils effectuent alors des vœux qui vont limiter les actions de leur pouvoir et les priver à vie de ces dernier s'ils le rompent. Ils sont les protecteur et n'hésite pas à donner leur vie pour leur cause.


Et vous à quel classe vous appartenez?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Karash   Aujourd'hui à 1:21

Revenir en haut Aller en bas
 
Karash
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Projet shônen : Karash
» Karash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MD Board :: Créations :: Projets-
Sauter vers: